Une nouvelle forme de distribution démarre grâce à internet : le téléchargement. Un moyen assez économique de faire connaître ses œuvres au grand public et de les vendre directement sans passer par la case “fabrication”.

 

L'enregistrement d’un titre.

Cette étape ne diffère en rien de celle de l’enregistrement d’une bande quelle qu’elle soit. Elle est déjà décrite au chapître L'enregistrement de la bande.

Une fois vos titres finis, et à condition que vous soyez propriétaire des enregistrements, vous pouvez songer à les distribuer par vous-même

 

Vos titres sont enregistrés ! Ne reste plus qu’à trouver un distributeur par téléchargement...


Les sites de téléchargement

Différents sites fleurissent en ce moment sur internet.

Certain se comportent comme des distributeurs traditionnels, voire des distributeurs licenciés (voir contrats) et vous demanderont de mettre la totalité d’un (ou de plusieurs) CD(s) existant déjà physiquement en ligne.

D’autres vous proposent un abonnement annuel (modeste) qui vous donnera accès à un “backstage”, un accès artiste dans lequel vous administrerez vous-même vos titres. Vous êtes libres de télécharger certains titres et pas d’autres, de les mettre en vente en choisissant le prix de vente public, ou de les retirer de la vente en cas de besoin (précieux si vous décrochez ensuite un contrat sous licence vous demandant l’exclusivité en téléchargement internet).

Dans tous les cas, prévoyez une image représentant votre titre et/ou votre CD. Il vous faut bien sûr un accès haut débit à disposition et un minimum de savoir-faire, ou au moins du temps et de la curiosité, pour jongler avec les  conversions de formats de son et vous habituer à l’ergonomie du système.

 

DRM ou non ? 

Tout le monde a entendu parler des débats sur les DRM et la licence globale...

Certains sites “verrouillent” les titres confiés à la vente par une protection anti-recopie qui, si le DRM choisi n’est pas compatible avec votre plate-forme, peut empêcher la simple lecture du titre.

D’autres proposent d’abandonner tout verrouillage, en prônant qu’un titre acheté par internet n’est pas différent du même titre transformé en MP3 à partir d’un CD sur votre machine : les deux peuvent être mis à disposition du public dans la même illégalité. Alors pourquoi risquer les problèmes de lecture ? Aujourd’hui, certaines “majors” annoncent l’abandon du DRM.

A vous de trancher...